Diversification : et si on laissait bébé faire ?

« Spoon fed or Baby Led Weaning? » ? A la cuillère ou en diversification menée par l’enfant ? Une question qu’il n’est à priori pas rare d’entendre de l’autre côté de la Manche mais qui peut nous sembler assez surréaliste dans le pays du principe de précaution ! Pour autant, de plus en plus de parents sont séduits par la DME ou Diversification Menée par l’Enfant, BREIZHOU se propose de vous en dire plus sur le sujet…

La diversification menée par l’enfant (DME) ou Baby Led Weaning (BLW) est une approche qui a vu le jour en Angleterre il y a maintenant quelques années. Gill Rapley, une infirmière sage-femme, remarque alors lors de ses visites que lorsque l’opportunité était donné à bébé de choisir ses lui-même ses aliments, la diversification et surtout l’introduction des morceaux se faisait de manière plus sereine.

La DME part du principe que bébé peut acquérir relativement rapidement les compétences nécessaires pour se nourrir « seul » et que c’est via l’expérimentation qu’il développera petit à petit sa dextérité. Pas faux !

Mais concrètement, comment cela se passe ?

1ière spécificité, la DME démarre plus tard que la diversification standard simplement car il faut attendre que bébé tienne bien sa tête et puisse maintenir une position assise relativement stable (6 mois révolus conseillés). Dès 5 mois, il est recommandé de commencer à installer bébé à table avec soi pour lui permettre d’observer le repas.

Quand bébé semble prêt, on prépare notre repas en adaptant quelques aliments : sans sel, pas de friture évidemment, pas trop chaud, on démarre par des légumes que l’on va découper en gros bâtonnets et cuire suffisamment pour qu’ils ne soient ni trop mou, ni trop dur (cassants). Dans les 1er temps, bébé joue, il va mettre à la bouche et mâchouiller comme il le ferait d’un jouet…Il va sentir les saveurs, les différences de textures puis au hasard de son jeu, éventuellement, il va peut être avaler quelques petits morceaux (qui se retrouveront dans la couche )!

Breizhou DME batonnets de légumes pour bébé

Des règles à respecter !

L’une des règles de la DME, en tout cas dans les début, est de pas mettre bébé à table si il a faim ou si il est fatigué. Il risquerait soit de se précipiter sur les aliments soit de manquer de vigilance, ce qui entraînerait clairement une majoration du risque de fausse route. C’est donc un vrai point d’alerte !

Une autre règle d’or est de ne pas porter l’aliment à la bouche de bébé, c’est lui qui gère de manière totalement autonome, avec ses petites mains et sans cuillère ! L’objectif ici est de lui permettre d’anticiper à son rythme la manière dont il va aborder l’aliment.

Les aliments proposés en eux-même jouent également un rôle clé dans la stratégie de prévention des fausses routes : pas d’aliments dur, petits, ronds ou collants (pâte à tartiner, pain de mie ou brioche…). Pensez également à éviter les aliments « cassants » ou « friables ». La bonne taille est celle d’un bâtonnet plutôt large et de la taille de l’auriculaire. Par exemple, une fleurette de chou fleur ou de brocolis cuit à la vapeur est parfaite  !

Petit à petit, de jeu en jeu, bébé va comprendre que les aliments ont des goûts, des textures différentes au toucher comme en bouche. Qu’ils sont susceptibles de lui apporter du plaisir puis de la satiété…Il va aussi plus rapidement apprendre comment gérer l’aliment dans la bouche, le déplacer avec la langue, l’écraser avec le palais, mastiquer avec les gencives puis les dents…

Mais…parce qu’il y a un mais ! Il va également être confronté aux aliments trop gros ou insuffisamment mastiqués qui ne passent pas ! C’est le fameux « gag reflex » ou « réflexe vomitif ». A ne pas confondre avec la fausse route*, le réflexe vomitif se met en place quand bébé n’arrive à gérer un morceau, il va alors tousser, recracher ou vomir. C’est très fréquent chez les bébés en DME (une petite vidéo à suivre…âmes sensibles s’abstenir).

Concernant les fausses routes, les quelques études menées sur le sujet montrent qu’il n’y aurait pas plus de risque chez les bébés en DME (lorsqu’elle est bien menée) que chez les bébés en diversification classique. Il existe néanmoins des règles à respecter (ici) pour minimiser le risque , la 1ière étant selon moi de s’informer, et surtout de se former aux 1er secours chez le nourrisson car rappelons-le, DME ou pas, l’étouffement est l’une des premières causes de décès accidentel chez le jeune enfant.

Un autre point de vigilance concerne la couverture des besoins, car ce n’est pas parce que bébé se nourrit seul qu’il a la maîtrise de ce qu’on lui présente. Dans les 1er temps, l’alimentation revêt un rôle exploratoire, l’allaitement ou l’apport lacté étant maintenu intact, la question ne pose pas vraiment. Mais très rapidement, il conviendra de s’assurer que l’on apporte à bébé des propositions suffisamment riches nutritionnellement parlant notamment pour permettre une bonne couverture des besoins en énergie mais également en fer, zinc et acides gras essentiels.

Une variante appelée BLISS recommande ainsi de systématiquement proposer à chaque repas 1 aliment riche en fer (viande rouge ou produit infantile lacté ou céréalier enrichi en fer), 1 aliment dense énergétiquement parlant (féculent/sucre/gras) et 1 légume/fruit. L’apport en acides gras essentiel devra également être un point d’attention car il peut sembler moins évident d’assaisonner des bâtonnets de légumes que d’ajouter une petite cuillère d’huile végétale à une purée !

Avantages et inconvénients de la DME ?

La Diversification Menée par l’Enfant est approche riche qui implique d’être à l’écoute et de conscientiser l’acte d’alimentation pour l’enfant comme la famille. C’est ce qui la rend séduisante. Bébé est acteur de son alimentation, on le voit progresser, devenir de plus en plus habile ! Les repas sont plus rapidement partagés avec la famille et la préparation simplifiée (+ ou – le même repas pour tous, ce qui nous oblige à mieux équilibrer nos propres repas…).

Pour autant, la DME ne convient pas à tous les enfantsni à toutes les familles. Côté bébé, elle est clairement déconseillée en dessous de 6 mois et dans les contextes suivants : retard ou difficultés de développement, frein lingual court, malformation buccale ou fente labiale, problème de coordination main-oeil, prématurité…De la même manière, parents phobiques de la fausse route (je l’avoue comme moi) , maniaques de la propreté, adeptes du repas en speed (devant la télé ou pas) ou de la junk food s’abstenir !

Bientôt en crèche ou chez la nounou ?

Pas sûr ! Pas sûr car encore une fois, cette approche, somme toute assez simple, nécessite d’être bien maîtrisée et d’être en quelque sorte, relativement « en exclusivité » avec l’enfant, ceci afin de pouvoir réagir en cas de difficulté. Autant cela pourrait être facilement imaginé chez une assistante maternelle formée et ouverte sur le sujet, autant c’est moins simple en structure d’accueil collectif.

Pour autant, on peut s’inspirer de la DME dans notre façon d’aborder l’expérience alimentaire de bébé y compris pendant le mode de garde. Quelques idées à tester :

  • une fois l’introduction faite (allergies), proposer de temps en temps un plateau contenant plusieurs aliments avec des textures, couleurs et goûts différents que l’enfant va pouvoir manipuler à la main** !
  • laisser bébé tenter de « gérer » la cuillère
  • vers 9-10 mois proposer des aliments en bâtonnets façon « fingerfood » (légumes bien cuits, croquettes de viande ou de poisson…)
  • le laisser prendre part assez tôt au repas des « grands » pour observer l’acte d’alimentation mais également la dimension sociale et culturelle du repas…

Voilà, nous arrivons à la fin de cet article ! J’espère que ce sujet vous aura permis de mieux appréhender les pour et les contre de cette approche au combien passionnante ! Je reste comme d’habitude à votre disposition si vous avez des questions ou si vous voulez en savoir plus !

Belle journée !

 

 * la fausse route se produit lorsqu’un corps étranger s’est logé à l’entrée de la trachée et obstrue tout ou partie de la respiration. Tant que l’enfant tousse, le laisser expulser par lui-même le corps étranger. Ne surtout pas essayer d’enlever le corps étranger avec les doigts et ne pas taper sur le dos. Si l’enfant manque d’air ou ne peut plus respirer, appeler les secours et pratiquer la manœuvre de Mofenson (ici)

** attention, il est déconseillé de mixer DME et purée dans les 1iers mois !

 

Sources & ressources :

– Baby Led Weaning (en anglais) – Gill Rapley et Tracey Murkitt

– Petites Mains, Grande Assiette – Annie Talbot,Evelyne Bergevin, Marie-eve Richard – 2016 – Editions La Semaine

– A Baby-Led Approach to Eating Solids and Risk of Choking – Fangupo et al. – PEDIATRICS Volume 1 38, number 4 , O ctober 2016

 

 

 

 

 

 

Qu'en pensez-vous?